Réseaux 5G Le conflit Huawei États-Unis pose de sérieux problèmes

Réseaux 5G : Le conflit Huawei /États-Unis pose des problèmes

Alors que les États-Unis refusent toute présence de matériel Huawei dans ses réseaux 5G, ils mettent actuellement la pression sur les partenaires du groupe chinois. Dernièrement, ils n’ont pas hésité à remettre en question l’OTAN si rien n’était fait pour exclure Huawei de la partie.

Les États-Unis s’attaquent à l’OTAN

Depuis de longs mois maintenant, les États-Unis accusent Huawei d’être à la solde de l’État chinois. Aussi, en raison du rôle important joué par cette entreprise dans le déploiement des réseaux 5G, la méfiance s’impose.

La position américaine, très peu partagée sur le globe, commence d’ailleurs à poser quelques problèmes. Courant février, les États-Unis ont rappelé que « toute nation décidant d’utiliser du matériel 5G non digne de confiance met en danger notre capacité de partager des renseignements et des informations au plus haut niveau ». Autrement dit, le pays de l’Oncle Sam pourrait couper toute relation avec certains États sans garantie d’échanges sûrs…

Les États-Unis ont même évoqué la possibilité de remettre en question l’OTAN. Hors de question de faire une alliance militaire avec des pays ayant comme partenaire technologique « un cheval de Troie » du gouvernement chinois.

Les pays européens adoptent le matériel Huawei pour leurs réseaux 5G

Pendant que les Américains tentent de poursuivre leur lobby contre Huawei, plusieurs pays européens se rapprochent du constructeur chinois. Il faut dire que ce dernier apparaît comme un interlocuteur de premier choix pour déployer leurs réseaux 5G.

La France, l’Allemagne ou encore le Royaume-Uni ont ainsi déjà fait le nécessaire pour autoriser la présence de Huawei. Pour autant, la fixation de quelques limites, en particulier outre-Manche, tend à montrer un peu de défiance.

Aussi, l’Europe s’ouvre au constructeur chinois et rien ne justifie qu’il en soit autrement. Le PDG d’Orange, Stéphane Richard, rappelait que « nous n’avons jamais pris Huawei en flagrant délit d’installation de dispositifs d’espionnage ».

Aux Américains donc d’en dire davantage et d’apporter des preuves que le constructeur chinois est une menace.

partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email