fibre-optique

Les industriels chinois de fibre optique lorgnent le marché

Les industriels chinois de fibre optique lorgnent le marché français

À l’heure où la France essaie tant bien que mal de refaire son retard au niveau international, voilà que les industriels français de la fibre optique se disent soucieux. En effet, le marché français du déploiement de ce fil de verre attire désormais des sociétés asiatiques à la recherche de nouveaux débouchés à l’heure où le marché chinois n’offre que des opportunités limitées.

Les producteurs asiatiques de fibre optique lorgnent le marché français

Alors que les opérateurs ont accéléré le déploiement de la fibre optique en France au cours des derniers mois, nous avons appris que ce sont 17 millions de kilomètres de fil de verre qui ont été enfouis en 2018, soit la très grande majorité de la production nationale estimée à 19 millions de kilomètres durant cette même année. Seulement voilà, les besoins en fibre optique (découvrir les meilleures offres fibre optique pour les pros) sont de plus en plus importants en France, les opérateurs souhaitant réellement passer à la vitesse supérieure. Aussi, depuis quelques mois, 10 % de la fibre enfouie dans l’Hexagone est produite en Asie et ce taux pourrait augmenter prochainement, ce qui suscite quelques inquiétudes chez les producteurs français.

Il faut dire que les pays asiatiques — et surtout la Chine — cherchent actuellement des débouchés pour leur production, le raccordement des sites sur le sol chinois se terminant. Naturellement, parce qu’il a actuellement un potentiel que peu de marchés concurrents ont, le marché français attire ses sociétés qui savent que par une guerre des prix, elles peuvent se faire une place…

Les producteurs français mettent en garde

Réunis au sein du syndicat Sycabel, les professionnels français de la filière s’attendent à une âpre lutte face à la concurrence asiatique. Ils redoutent effectivement que « la pression sur les prix et les délais » incite certaines collectivités à se tourner vers la fibre optique asiatique.

Les producteurs français ont d’ailleurs rappelé que le déploiement de la fibre optique devait être réfléchi dans une visée de long terme. Or, une fibre mal construite ou mal installée ne pourra pas bien vieillir et les collectivités qui se seront tournées vers elle devront probablement réinvestir bien plus tôt dans la remise à neuf du réseau.

Ces arguments se justifient bien évidemment aussi par une volonté des producteurs français de garder la mainmise sur un marché qui, d’ici 2022, va être très lucratif, l’objectif du gouvernement étant que tous les Français puissent à cette date accéder au Très Haut Débit.

Et après 2022, quels seront les débouchés des producteurs français ? Eh bien, comme les sociétés asiatiques, ils lorgneront sur d’autres marchés, probablement en Allemagne ou en Angleterre où le déploiement de la fibre optique n’en est qu’à ses balbutiements.

partager cet artcile

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email