Déploiement de la fibre optique l’ARCEP met en demeure 3 opérateur​

Déploiement de la fibre optique : l’ARCEP met en demeure 3 opérateur

L’ARCEP :Déploiement de la fibre optique

Alors que la France n’est que le 26e pays du globe en matière de déploiement de la fibre optique, l’ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) a mis en demeure trois opérateurs. Elle leur reproche de ne pas déployer la fibre assez rapidement sur le territoire français.

Des mises en demeure consécutives à des contrôles du travail des opérateurs

Depuis la fin de l’année 2018, trois des quatre opérateurs de télécommunications français à savoir Orange, SFR et Free ont été mis en demeure par l’ARCEP.

En effet, celle-ci a fait effectuer des contrôles afin de vérifier que les opérateurs respectaient bien leur « obligation de complétude des déploiements Ftth » (en savoir plus sur les acronymes liés à la fibre optique) qui prévoit qu’ils raccordent en fibre optique un nombre donné de points de mutualisation optiques dans un délai raisonnable.

Or, les résultats n’ont pas convaincu l’autorité qui a constaté, entre autres, que dans les zones les moins denses, « de trop nombreux logements ou locaux à usage professionnels restent non raccordables, et ce sans explication satisfaisante ».

Aussi, tour à tour, l’ARCEP a décidé de mettre en demeure Orange puis SFR puis, plus récemment, Free. Selon elle, le déploiement de la fibre optique en France ne serait pas assez rapide.

Une accélération dans le déploiement de la fibre optique ?

Les récentes mises en demeure de l’ARCEP quant à la vitesse de déploiement de la fibre optique n’ont pas forcément été très appréciées du côté des opérateurs qui assurent faire le nécessaire pour atteindre les objectifs qui leur ont été fixés.

Mis en demeure dès le mois de décembre 2018, Orange sait que le temps est compté. Le plus gros opérateur français sait effectivement qu’il a jusqu’au 31 décembre 2019 pour refaire son retard et atteindre les objectifs qui lui ont été assignés.

Pour SFR, la date butoir est la même mais le retard semble beaucoup moins important. Quant à Free, il a jusqu’au 31 décembre 2020 pour respecter son obligation de complétude des déploiements Ftth.

Ces mises en demeure devraient permettre de garantir une bonne avancée du déploiement de la fibre optique en France car, si des manquements étaient de nouveau observés, l’ARCEP pourrait prendre des sanctions. Or, il n’est pas sûr que les opérateurs veuillent prendre le risque de s’exposer à des poursuites…

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email