Avast en pleine tempête en raison de pratiques douteuses

Avast en pleine tempête en raison de pratiques douteuses

Depuis l’automne 2019, rien ne va pour la société Avast. L’entreprise tchèque traverse effectivement une véritable tempête depuis que des enquêtes ont démontré qu’elle exposait les données de ses clients. Elle a eu beau se justifier depuis, les arguments ne fonctionnent pas. Pire, son image se dégrade à chaque nouvelle révélation dans cette affaire.

Avast épinglé pour sa collecte et sa monétisation des habitudes de navigation des utilisateurs

Alors que depuis toujours, Avast a annoncé que sa volonté était de protéger les utilisateurs contre les cybermenaces, son discours convainc moins.

Il faut dire que depuis l’automne 2019, plusieurs révélations de pratiques douteuses ont entaché l’image de la société tchèque. D’abord, en octobre, un billet de blog dénonçait l’espionnage réalisé avec les outils Avast Online Security et Avast Secure Browser.

Mozilla, Opera puis Google avaient tour à tour retiré les extensions pour navigateur siglées de l’entreprise basée à Prague. En effet, celles-ci collectaient les habitudes de navigation des internautes. Un travail de désanonymisation des données suivait. La société Jumpshot se chargeait alors de l’analyse des données qui pouvaient ensuite faire l’objet d’une monétisation.

Seulement voilà, en janvier 2020, Motherboard et PCMag ont dévoilé une enquête lourde de conséquences pour Avast. Jusque-là accusée de monétiser les données des utilisateurs de ses antivirus, la société tchèque était davantage encore pointée du doigt.

Contrairement à ce que son boss, Ondrej Vlcek, avait annoncé, la procédure d’anonymisation des données était imparfaite. Ainsi, l’éditeur praguois a souvent vendu des données qui pouvaient être associées à des individus bien précis. En d’autres mots, Avast n’a pas préservé la vie privée de ses utilisateurs, un paradoxe lorsque l’on commercialise des antivirus…

Et maintenant, que faire ?

A vrai dire, il semblerait que la société tchèque peine à se relever de ses déboires. Si Ondrej Vlcek avait réussi, à travers ses déclarations, à faire retomber le soufflé à la fin de l’automne, les dernières révélations ont fait du mal. Désormais, tous les utilisateurs des antivirus Avast (découvrir 4 fausses idées reçues sur les antivirus) savent que leurs activités en ligne font l’objet d’une surveillance. Eh oui, même si l’entreprise tchèque garantit que les données ne sont plus collectées ni transmises à Jumpshot, la défiance est présente.

Il ne reste donc plus qu’à espérer que les offres commerciales toujours très attractives de la marque suffiront à lui faire vivre de meilleurs jours…

partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email