La ville de Paris s’est offert son propre datacenter

La ville de Paris s’est offert son propre datacenter

Les élus de la ville de Paris ne souhaitaient plus que ses données soient entre les mains d’un prestataire externe. Aussi, elle a fait le choix de faire construire son propre datacenter. Installé près de la Porte de la Chapelle, ce centre de données devrait procurer de nombreux avantages à son propriétaire. Décryptage…

La ville de Paris inaugure son centre de données

Il y a quelques jours, c’est à un événement inédit qu’ont participé les élus de la ville de Paris : l’inauguration d’un « datacenter municipal ».

Eh oui, c’est une initiative unique qu’a mené la capitale puisqu’elle a souhaité faire bâtir son propre centre de données, Paris devenant ainsi la première municipalité à détenir en propre un tel équipement.

Si le projet fait des sceptiques, et ce depuis son lancement, les partisans de celui-ci assurent que cela va permettre d’optimiser la sécurité des données des administrés. Ce sont effectivement elles qui vont être stockées dans ce bâtiment ultra sécurisé du 18e arrondissement.

Avoir son propre datacenter : Paris n’y voit que des avantages

En faisant construire son propre datacenter, Paris s’est doté d’un équipement qui, selon l’équipe municipale en place, ne peut que lui procurer des avantages.

Outre la sécurité des données dont nous avons déjà parlé, ce datacenter garantirait « le plus haut niveau de résilience d’Île-de-France face aux pannes ». Il faciliterait aussi la vie de la Ville de Paris en lui permettant de mieux maîtriser les données de ses administrés, un élément clé à l’heure des obligations fixées par le RGPD.

Des économies sont également attendues étant donné qu’il ne sera plus question de dépenser de l’argent dans les migrations liées à un quelconque changement de prestataire.

Enfin, impossible de ne pas parler « écologie » puisque la construction de ce datacenter a été pensée pour que la chaleur dégagée par les serveurs et autres composants soit utile (aller plus loin en découvrant si les datacenters pourraient suffire à chauffer la France). Celle-ci sera donc récupérée par une pompe à chaleur ayant vocation à chauffer de l’eau destinée au chauffage des serres agricoles situées sur le toit du bâtiment mais aussi plusieurs résidences du quartier.

partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email