Suite-office-365

La suite Office 365 bannie en Allemagne et aux Pays-Bas

La suite Office 365 bannie en Allemagne et aux Pays-Bas

A l’heure où de nombreuses entreprises françaises continuent d’adopter Office 365 pour favoriser le travail collaboratif, voilà que la célèbre suite de Microsoft vient d’être bannie par l’Etat de Hesse (Allemagne) et par le gouvernement néerlandais. Une non-conformité avec le désormais célèbre RGPD est avancée pour justifier ces décisions.

Office 365 interdit dans les écoles de l’Etat de Hesse

Durant l’été, l’Etat de Hesse – situé dans le centre-ouest de l’Allemagne – a pris la difficile décision de bannir Office 365 des écoles publiques.

Selon Michael Ronnelenfitsch, le commissaire à la protection des données de cette administration, il existe un réel problème quant aux données envoyées et collectées par les serveurs de Microsoft puisque le RGPD impose un consentement clair du propriétaire des données. Dans le cas des écoles publiques, difficile d’estimer que les enfants « consentent » à la collecte de leurs données par un tiers.

Mais le problème est plus important puisque le commissaire à la protection des données estime aussi que rien ne garantit que les données collectées soient stockées en Allemagne. En effet, selon certaines rumeurs, le géant américain aurait fermé son datacenter allemand en 2018, chose que le principal concerné nie.

Une chose est sûre, tant que des éclaircissements n’auront pas été apportés par Microsoft, l’Etat de Hesse se passera des produits siglés Microsoft.

Les applications Office 365 bannies par le gouvernement néerlandais

A la fin du mois d’août, c’est le gouvernement des Pays-Bas qui a, à son tour, indiqué que les administrations feraient sans Office 365, en particulier les services douaniers, policiers et juridiques.

Cette décision est consécutive aux résultats d’un rapport commandé par le ministère néerlandais de la Justice et de la Sécurité selon lesquels les applications Microsoft Office 365 ne respecteraient pas les standards du RGPD. Selon ce document, « les données relatives à l’utilisation des applications sont envoyées à une société de marketing américaine spécialisée dans le profilage prédictif ».

La société américaine dément ces affirmations et assure quant à elle respecter les règles en vigueur en matière de vie privée et de confidentialité des données. En attendant, ses logiciels ne sont plus utilisés par les administrations aux Pays-Bas.

partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email