JEDI Cloud
En octobre dernier, le Pentagone choisissait de conclure le contrat JEDI Cloud avec Microsoft. Le géant américain remportait là un marché gigantesque estimé à 10 milliards de dollars sur 10 ans. Mais voilà, pour AWS, cette décision ne passe pas. Donald Trump, actuel président des États-Unis, aurait pu influencer le choix du ministère de la Défense américain

JEDI Cloud : La lutte n’est pas finie

Alors que l’attribution du JEDI Cloud à Microsoft semblait avoir mis un terme à la bagarre entre les géants du cloud, la réalité apparaît bien différente. Eh oui, si les évictions d’IBM et Oracle dès avril 2019 avaient déjà suscité leur lot de réactions, le choix de Microsoft en a créé d’autres. AWS, pourtant favori selon les spécialistes, aurait pu payer l’hostilité de Donald Trump à son égard.

L’actuel président américain apprécierait peu Jeff Bezos, CEO d’Amazon. Ceci s’expliquerait en partie par le fait que le Washington Post, média clairement opposé à Trump, appartienne à Bezos.

Mais Amazon ne veut pas s’arrêter à des allégations. Le géant du web affirme ainsi avoir remis à la cour des éléments prouvant que l’attribution du contrat ne s’est pas faite dans les règles. AWS évoque « des déficiences claires, des erreurs et même des biais immanquables ».

Amazon devrait également attaquer Donald Trump en personne, l’accusant d’avoir interféré dans l’attribution du JEDI Cloud.

Un retard qui ne fait pas que des heureux !

Les arguments d’Amazon Web Services pour remettre en cause l’attribution du JEDI Cloud à Microsoft ont été entendus. Le 13 février dernier, la cour de justice a demandé un blocage temporaire.

Microsoft a ainsi été invitée à cesser toute activité en lien avec le Pentagone. Cette nouvelle a été peu appréciée par le géant de l’informatique mais aussi par l’administration. Selon celle-ci, ce délai supplémentaire « prive les combattants de capacités dont ils ont besoin d’urgence ».

Microsoft a affirmé être convaincue que le ministère de la Défense a respecté les procédures et n’a pas été influencé. Le géant informatique espère juste pouvoir reprendre rapidement les processus de recrutement actuellement menés…

partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email