Cloud-Blog

De fausses idées reçues sur le cloud continuent de se diffuser

De fausses idées reçues sur le cloud continuent de se diffuser

 

1/ Les données sont plus en sécurité au sein de l’entreprise que dans le cloud

Bien que 57% des salariés estiment qu’une entreprise offre une meilleure sécurité à ses données en les stockant sur ses serveurs plutôt que dans le cloud, il s’agit là de l’une des fausses idées reçues sur le cloud.

Grâce à des outils particulièrement performants et spécialement adaptés au cloud, sa sécurité est aujourd’hui optimale. Il faut dire que les fournisseurs de solutions cloud investissent massivement dans la sécurité, la surveillance, la redondance ou encore les systèmes anti-incendie pour offrir une protection optimale à leurs clients.

Souvent, le sentiment de sécurité moindre est surtout lié à l’absence de contrôle sur les éléments car même si la responsabilité est partagée, le fournisseur cloud est celui qui intervient.

2/ Avec le cloud, impossible de savoir où sont les données

Lorsqu’une entreprise choisit un fournisseur cloud, elle a la possibilité de savoir où ces dernières sont stockées. La localisation des donnéespeut même revêtir une réelle importance si leur degré de confidentialité est particulièrement élevé.

3/ L’accès aux données sera impossible en cas de panne

Voilà l’une des idées reçues sur le cloud qui déplaît le plus aux fournisseurs. Il est d’ailleurs possible de les comprendre puisque tous ont pris soin d’investir afin de disposer de plusieurs sites redondés. Ainsi, en cas de panne ou de dysfonctionnement sur un site, un autre prend le relais et assure la disponibilité du service en continu.

4/ Les données sont complexes à récupérer en cas de résiliation de l’abonnement

Là encore, il s’agit d’une fausse idée reçue sur le cloud puisqu’un fournisseur sérieux garantit la réversibilité des données en cas de résiliation de l’abonnement. Le plus souvent, cela fait l’objet d’une clause au contrat qui inclut les délais et le coût éventuel de cette transmission des données.

Désormais, quelques vérités sur le cloud sont donc rétablies

PARTAGER CET ARTCILE